Myélopathie dégénérative

Qu’est-ce que la myélopathie dégénérative ?

De nombreux chiens sont porteurs de la myélopathie dégénérative, dit DM de l’anglais Degenerative Myeolopathy comme par exemple les Corgis, les Boxers, les Cavaliers King Charles, les Terriers irlandais, les Bergers australiens ou les Bergers Allemand.

 

La cause exacte de cette maladie dégénérative demeure inconnue et est probablement multifactorielle, néanmoins c’est la maladie génétique qui est retenue aujourd’hui.

Elle se caractérisée par une dégénérescence de la moelle épinière progressive de la région thoraco-lombaire qui provoque une paralysie chez le chien.

Elle commence par une paralysie du train arrière des chiens, puis les pattes avant, la cage thoracique et enfin le cœur. La plupart décèdent des suites d’un arrêt cardiaque.

Elle touche généralement les chiens à partir de 8 ou 10 ans, l’espérance de vie des chiens est alors de 18 à 24 mois et il n’existe aucun traitement connu pour lutter contre la myélopathie dégénérative.

Certaines solutions comme des suppléments alimentaires pour ralentir la dégradation des cellules nerveuses ou encore l’hydrothérapie pour augmenter la masse musculaire et maintenir la fonction locomotrice efficiente existent, mais cela ne changera pas l’issue.

Lorsque le chien est trop atteint de cette maladie musculaire dégénérative, une possibilité d’aide mécanique existe : une sangle, une serviette ou une chaise roulante peuvent aider aux déplacements.

En 2008, les scientifiques ont établi que la myélopathie dégénérative était l’équivalent de la maladie de Charcot chez l’homme. Dans la maladie de Charcot, les neurones moteurs (cellules nerveuses) se dégénèrent ou meurent, cessant d’envoyer des messages aux muscles. Incapables de fonctionner, les muscles s’affaiblissent graduellement et dépérissent. C’est la capacité du cerveau à commander et à contrôler les mouvements volontaires qui disparaît. La consanguinité à partir du XIXème siècle a favorisé la mutation de ce gène.

Quels sont les premiers symptômes de la myélopathie dégénérative ?

Le premier signe de cette maladie dégénérative des muscles est la perte de proprioception, c’est la capacité qui est donnée aux êtres vivants d’avoir une connaissance, consciente ou non, de la position relative des parties du corps. Le chien commencera alors à laisser traîner ses pattes arrière lors de la marche, les griffes peuvent alors racler le sol et les pattes se croiser.

Enfin, l’absence de douleur au niveau des articulations, en particulier du bas du dos est un signe (ce qui n’est pas le cas pour l’’arthrose ou l’hernie).

Quel traitement pour la myélopathie dégénérative ?

Comme expliqué ci-dessus, il n’existe aucun traitement connu. Par contre, comme les chiens déclarent généralement cette maladie dégénérative à partir de l’âge de 8 ou 10 ans, il est nécessaire de faire les tests de la myélopathie dégénérative sur les futurs chiens reproducteurs de chiots afin d’éviter la propagation de la maladie, dans l’espoir de l’éradiquer complètement.

Comment détecter la myélopathie dégénérative ?

Il est possible de détecter la myélopathie dégénérative à l’aide d’un frottis buccal ou d’une prise de sang chez le vétérinaire, les résultats seront ensuite envoyés au laboratoire.

Chaque gène est composé de 2 parties (une issue de la mère et une issue du père), il existe pour tous les résultats des combinaisons possibles à partir de ces deux parties appelées « allèle ». Chaque allèle sain ou malade est potentiellement transmissible à la descendance. Les résultats sont de 3 types :

  • DM/DM ou Homozygote muté : risque élevé d’avoir les symptômes de la myélopathie dégénérative (atteints).
  • DM/N ou Hétérozygote pour la mutation : aucun risque d’avoir les symptômes de la myélopathie dégénérative mais peut transmettre le gène à sa descendance (porteurs).
  • N/N ou Homozygote normal : aucun risque d’avoir les symptômes de la myélopathie dégénérative, ni de les transmettre à sa descendance (sains).

Un des parents au moins doit être Homozygote normal (N/N) afin de garantir qu’aucun des chiots qui naitront ne risquera de développer un jour cette maladie dégénérative. Un tel mariage ne garantira pas l’élimination de la mutation, mais il garantit la production d’animaux sains :

 

  • N/N avec N/N : 100% sains.
  • DM/N avec N/N : 50% sains et 50% porteurs.
  • DM/DM avec N/N : 100% porteurs.
  • DM/N avec DM/N : 25% sains, 25% atteints et 50% porteurs.
  • DM/DM avec DM/N : 50% porteurs et 50% atteints.
  • DM/DM avec DM/DM : 100% atteints.

Pour tous futurs propriétaires, il est donc important de se renseigner sur le profil génétique des parents pour la DM (il est possible de demander une copie du certificat de dépistage fait par le laboratoire) d’une portée avant de se décider sur l’achat d’un chiot.

Dysplasie

Gène MDR1

Test ADN

dolor ipsum at dolor. ut risus. eleifend ut adipiscing felis dictum vel,